la lecture c’est bien

Hier aprés-midi le petit voisin (11 ans et demi) déclare sa flamme à tite M qui l’éconduit gentiment, l’informant (et moi par la même occasion) qu’elle « se consacre à ses études »…
Jusque là…
Puis elle a ajouté que, de toutes façons « elle préfère les hommes murs »…
Tête du petit voisin…
Quand j’ai demandé des explications, elle m’a dit qu’elle ne savait pas ce que signifiait « hommes murs »mais qu’elle avait lu ça quelque part et qu’elle avait trouvé  malin de le placer dans la conversation.
Tête de tite M quand je lui ai dit ce que ça voulait dire Mr. Green


 
10 ans, elle a 10 ans…

ça va être long jusqu’à ce qu’on la marieemoticone

re-naissance

Je suis re-née.

Il y a quelques semaines.

Une révélation.

Une vraie.

Celle qui vous change la Vie, qui vous reconnecte à votre moi profond.

J’ai eu la chance de la vivre, pour de vrai, avec un livre.

Ce livre a fait venir à ma conscience ce que me criait une petite voie intèrieure depuis que j’avais commencé un pénible -mais necessaire et finalement vital- cheminement intèrieur.

Tant de personnes, tant d’évennements, tant de lectures,de rencontres, m’ont guidé vers cette révélation que je ne pourrais toutes les citer.

Je vais me contenter de vous parler de CE livre:

Blessures de femmes , Une approche médicale et symbolique des maux féminins Rüdiger Dahlke, Margit Dahlke, Volker Zahn, Francoise Périgaut

 

Pour moi qui souffrait d’endométriose depuis tant d’années, au point que fin 2008 planait sur moi l’épée de l’hysterectomie, j’ai senti comme une urgence à prendre le problème à bras le corps.

Une amie m’a guidée vers ce livre, j’ai un peu tergiversé, puis je l’ai commandé.

Lorsqu’il est arrivé j’ai consulté l’index, trouvé endométriose.

J’ai lu.

Plusieurs fois.

Puis j’ai regardé le nom des auteurs, me demandant s’ils me connaisaient.

Tellement c’était moi qu’ils décrivaient…

La prise de conscience a été brutale, mais non douloureuse.

Juste des mots, enfin mis sur ce que je savais depuis longtemps.

Je suis plus légère, là d’un coup ,dans ma salle de bains ou je me suis installée pour regarder ce livre (mon livre…).

Quelque chose vient de s’enlever des mes épaules.

Quelque chose qui y pesait depuis si longtemps.(toujours?)

La culpabilité.

Et au délà le sentiment de devoir toujours faire mieux, faire plus, JUSTIFIER de ma sur-vie, montrer aux autres (et à moi-même) que je méritais de vivre.

Comme si le fait d’être differente me rendait moins digne de vivre…

Peut-être parce que personne ne m’avait jamais dit le contraire…

Epuisée.

J’étais épuisée de toujours donner plus, toujours tenter d’être à la hauteur(de quoi?), essayer juste d’atteindre la perfection…

Et bien sur c’était le contraire qui me tombait dessus…

Et  d’un coup, j’ai senti cette chape de plomb s’envoler…

J’ai pu être moi, et plus seulement la mère de…le femme de …la rigolote, l’intello, l’infirmière…

Juste moi.

Une personne comme une autre, avec ses défauts,ses qualités, sa raison d’être.

Aussi necessaire sur cette terre que n’importe qui, sans avoir à remuer ciel et terre pour cela…

Une mère qui n’a pas besoin de toujours essayer d’en faire plus, de faire mieux, pour être reconnue comme telle.

Je me suis regardée dans la glace et je me suis à peine reconnue.

J’ai regardé celle que je n’étais plu, celle qui s’éloignait de moi, celle qui souffrait dans son corps, dans sa féminité, dans sa représentation.

Et j’ai décidé que plus jamais.

J’ai décidé de m’aimer.

J’ai décidé que j’avais le droit.

Le droit à tout.

Moi qui ne m’étais jusqu’alors reconnue que des devoirs.

Le droit d’être aimée.

Par moi-même en premier.

Le droit d’avoir raison, d’avoir tort, d’avoir mal, d’être heureuse, de rire ,de pleurer, de ressentir sans me poser plus de questions.

Alors j’ai senti la carapace s’effriter autour de moi,tomber à terre sans un bruit et je me suis sentie la même mais differente, emplie d’une force qui ne devait rien à la rage, mais tout à la conscience de mon humanité.

Et de puis je profite.

De la vie, du soleil sur mon dos, de la caresse de mon chat sur mes genous, du rire de mes enfants, du désir de mon mari, et tout le reste s’en est allé avec la souffrance et la culpabilité, la tristesse, le remord, les regrets, la fatigue et la douleur.

Enfin.

 

 

je vais acheter…

…ça!:

300609469l.jpg

 

et dedans j’enfermerai:

-mon MP3

-ma brosse à cheveux

-et mes ciseaux à ongles

 

 

ah mais!!!

oublier

Aprés tant d’années,

 chercher à s’aléger,

déployer les épaules et regarder en face,

 sentir la morsure mais moins vive qu’auparavant,

 avoir parcouru suffisament de chemin pour ne même pas s’en culpabiliser,

être capable de ne rien faire sans sentir l’habituelle torsion au ventre,

se reposer,

pleurer même parfois,

 alors que si longtemps le chagrin était trop profond pour trouver le chemin des larmes,

déposer un fardeau trés aimé mais si lourd à porter,

redevenir, un peu, comme avant,

 ne pas y penser pendant plus de quelques heures,

 sentir la douceur de certains souvenirs l’emporter sur la violence d’autres,

réussir à accompagner la douleur des autres sans en être soi-même victime,

en parler sans faire dans le mélo,

ne plus compter, les ages, les tailles,les classes,

accepter ce qu’on n’aurait jamais cru acceptable,

remercier d’avoir pu en arriver là,enfin là…

 

 

 

Oublier.

 

 

 

Juste un peu.

la fille qui lisait Twilight

Et oui, en ce moment je dévore les 4 tomes de Twilight, ce qui donne lieu à certaines réactions assez comiques de ma part:

 

-En passant dans un couloir mal éclairé du Lycée je vois une forme sombre avancer vers moi…j’ai tout de suite pensé qu’un vampire allait me sauter dessusemoticone ! ça n’était qu’un prof de math (la difference est mince me direz-vousemoticone) qui venait me faire la bise!

-papa M me tournant autour d’une manière qui ne laisse pas place au doute ,je lui suggère: « fais le vampire! » Embarasse

-en jouant au scrabble avec tite M ,j’ai réussi à placer les mots « sang » et  » dent » emoticone

-menacant papa M qui rechignait à débarasser la table « si tu ne débarasses pas tout de suite, je te mord jusqu’au sang »emoticone (ceci dit c’est efficace, il a débarassé!!!)

 

Bref, j’ai bientot achevé le tome 4, je crois qu’il est temps!emoticone

quand la nuit est bonne

le matin est glorieux!

c’était ma pensée du jour, cette nuit pas de cauchemars de Rikiki; pas d’insomnie de maman M,pas de ronflements de papa M ni de pissou nocturne de tite M, pas même un grattage de litière trés matinal de Horatio!

Que ça fait du bien! et que c’est rare (trooop)!!!

 

Maman M est du coup dans une forme éblouissante!!!

 

YEAH!!!

chou vert aux carottes

petite recette simple,rapide, pas chère, végétarienne et bonne emoticone

 

Dans un wok (le mien est électrique), faire revenir un oignon dans un peu d’huile d’olive.

Rajouter les carottes émincées (comptez une carotte moyenne par personne), et un chou vert coupé en fines lanières.

Mettre 3 cuiller à soupe de sauce soja de bonne qualité et un peu de poivre du moulin.

Laisser mijoter jusqu’à cuisson complète des légumes.

 

C’est un régal!

On peut mélanger avec du riz, ou déguster nature.

Twilight:ouaaaaaah!!!

Samedi tite M et moi-même sommes allées au cinéma voir:

image6.jpg

 

Je me doutais que cela me plairait, mais ça a été bien plus que ça! Je suis fan!

J’ai (un peu) passé l’age pour hurler « Edouaaaaaaaard »!!!emoticone mais l’histoire est bien menée, les acteurs sont excellents, un vrai romantisme, et ce qui m’a le plus plu c’est l’ambiance, les décors du film, les couleurs de la forêt surtout.

Du coup…je viens de commander les 4 tomes de la série en livres!

Si vous hésitiez à aller le voir,n’hésitez plus et foncez!

c’est grave Docteur?

Depuis que Horatio a été castré, chaque fois que j’en parle à quelqu’un, systématiquement, au lieu de dire « vétérinaire » je dis « pédiatre »…

emoticoneemoticone

Non, je ne l’aime pas ce petit chat…emoticone

le drame des coucougnettes du chat…suite et fin!

Notre petit Horatio a bel et bien été castré le 5 janvier.emoticone

Il avait décidé de ne pas y mettre du sien, un de ses testicules n’était pas descendu; il a donc du subir une vraie opération abdominale pour aller la chercher…

Il a du porter une collerette plusieurs jours et il est encore sous antibiotiques.

Il est vraiment adorable, prend ses antibiotiques sans broncher et a supporté sa collerette avec stoicisme.Nous avons fini par la lui enlever avant le jour dit car la peau de son cou commençait à être entaméeMecontent

Le rikiki a accepté la necessaire castration du chat, mais ce fut un travail de longue haleine.

 

 

Voici une photo souvenir:

dscn0023.jpg

12345...14


hajar07 |
vole mon coeur vers la lumière |
Une famille pas comme les a... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Monde de Dorian
| latribudelange
| Arbre Généalogique de la fa...